La loi du 5 septembre 2018 « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » rénove en profondeur le Compte Personnel de Formation et pose de nouveaux enjeux aux formateurs portés pour s’adapter à un public désormais autonome dans le choix de ses formations.

Introduction

Avec la refonte de l’apprentissage, la rénovation du CPF est une des mesures phares de la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Comment s’adapter en tant que formateur porté à un public désormais autonome dans le choix de ses formations, sans plus d’intermédiaires et mobilisant non plus du temps mais de l’argent !

  1. CPF, d’avantage d’autonomie mais des contraintes aussi !

La nouvelle loi individualise le droit à la formation tout en posant de nouvelles contraintes. En 2019, tout actif disposera d’un compte personnel de formation abondé en euros, 500 par an dans la limite de 5000 euros. Il pourra mobiliser ces fonds en direct sans passer par un OPCA à condition de choisir une formation certifiante. Une donne qui change les perspectives des formateurs en portage salarial [site avantages du portage salarial] ou pas.

  1. Quelles seront les formations éligibles au CPF ?

L’article L.6323-6 de la nouvelle loi rend éligibles au CPF les actions de formation sanctionnées par :

• les certifications professionnelles enregistrées au répertoire national mis en place,
• les attestations de validation de blocs de compétences
• les certifications et habilitations enregistrées dont celle relative au socle de connaissances et de compétences professionnelles.
• Les actions permettant de faire valider les acquis de l’expérience
• Les bilans de compétence
• La préparation à l’épreuve théorique du code et à l’épreuve pratique de conduite
• Les actions de formation d’accompagnement et de conseil pour les créateurs et repreneurs d’entreprise
• Les formations spécifiques destinées au bénévoles et aux volontaires en service civique.

  1. Le droit à l’information du titulaire du CPF

Un service dématérialisé gratuit informera le titulaire du montant de ses droits et des abondements dont il peut bénéficier via l’employeur, Pôle Emploi ou d’autres organismes ; des formations éligibles. C’est via ce service que la prise en charge d’une formation se fera de l’inscription jusqu’au paiement des prestataires de formation.

Les informations sur l’offre de formation seront collectées par un système national géré par la Caisse des dépôts et consignations selon des conditions de mise en œuvre qui seront précisées par décret. Le système sera alimenté par les organismes financeurs pour les actions de formation qu’ils financent, les prestataires d’actions de formation. France compétences transmettra à la Caisse des dépôts et consignations la liste des opérateurs du conseil en évolution professionnelle qu’elle finance.

  1. S’adapter à la mise en œuvre du nouveau CPF

Les organismes de formation et les formateurs portés [site devenir formateur porté] doivent revoir leur modèle de service pour s’adapter aux besoins personnalisés des actifs qui deviennent des clients directs ! Une nouvelle organisation de la formation est à prévoir sous forme de modules, de blocs de compétences, de forfait avec une large ouverture aux formations à distance.

Autre enjeu, l’obligation de transparence. Les infos sur les formations éligibles doivent permettre au futur formé de faire le choix le plus éclairé possible en fonction de ses objectifs professionnels : quel niveau de satisfaction des formés ? Quel taux de réussite aux examens ? Quel taux d’insertion dans l’emploi ? Ces indicateurs devront être renseignés.

  1. Le modèle fonctionnera-t-il ?

Si la volonté du gouvernement est clairement affichée, le succès du CPF demeure une inconnue. La réalité du terrain permettra-t-elle réellement aux actifs de mobiliser réellement leur compte de formation ?

Sources :

loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2018/9/5/MTRX1808061L/jo/texte

https://reforme.centre-inffo.fr/compte-personnel-de-formation-cpf/compte-personnel-de-formation-cpf-lessentiel/le-futur-systeme-de-certification-des-organismes-de-formation-doit-garantir-une-egalite-de-traitement-selon-le-synofdes/
https://www.actualite-de-la-formation.fr/une-du-sommaire/une-de-2018/prestataires-de-formation-une-offre-et-un-modele-economique-a-repenser.html?

A lire également sur Optez Porté : Une nouvelle certification à venir pour les prestataires de formation