Chefs d’entreprise en difficulté : le portage salarial pour rebondir ?

Mai 5, 2022

Selon France Info, 50 000 entrepreneurs se sont retrouvés en 2018 sans emploi et sans chômage. Le portage salarial peut-il leur permettre de relancer leur activité avec plus de sécurité ?

Introduction :

L’Observatoire de l’Emploi des Entrepreneurs estime à 50 000 le nombre d’entrepreneurs en faillite en 2018. Privés d’activité, ils se retrouvent sans ressources et sans droit au chômage à moins d’avoir souscrit à une assurance privée. Peuvent-ils sauver leur activité et se constituer des droits sociaux en choisissant un nouveau statut ? Si leur domaine relève des prestations intellectuelles alors le portage salarial est une solution sécurisée et simple pour sortir de l’impasse.

Par Rachel Paluszak, Directrice de MISSIONS-CADRES

690 000 entreprises créées en 2018 mais 50 000 clés sous la porte

Bien que les secteurs de la restauration, du bâtiment et du commerce représentent 50% des liquidations judiciaires, d’autres activités sont également impactées. Lorsqu’un entrepreneur met la clé sous la porte, ses salariés sont protégés par la réglementation mais qu’en est-il du parcours du chef d’entreprise ? Trop souvent, il se retrouve sans protection sociale, le droit au chômage lui étant refusé, à moins d’avoir souscrit à une assurance privée.

Face aux difficultés juridiques et à la disparition de revenus, comment éviter la spirale du bas ?

Retrouver rapidement une activité par portage salarial

Quelle que soit l’histoire d’un entrepreneur qui échoue dans son projet d’entreprise, ce dernier garde plusieurs atouts : l’expérience de la direction d’entreprise, un réseau d’anciens clients et de prospects, une expertise métier et une maîtrise de l’autonomie.

Ces atouts peuvent être mobilisés à tout moment pour reprendre une nouvelle activité sans les contraintes juridiques, fiscales et administratives de l’entreprise, y compris lorsque l’on est en cours de liquidation. Pour cela, il n’est pas nécessaire de créer une nouvelle structure mais de bien choisir son nouveau statut.

Le portage salarial[glossaire définition du portage salarial]est une réponse fiable pour rebondir rapidement ! Le portage couple les avantages sociaux du salarié classique avec la liberté d’entreprendre. Il est mobilisable sous 48 heures, dès lors que l’ancien chef d’entreprise trouve une mission.

Le principe du portage salarial expliqué aux ex-entrepreneurs

Le principe du portage salarial[site visuel guide du portage salarial]est simple : une société de portage héberge un entrepreneur en mettant à sa disposition sa structure juridique, ses compétences en matière de fiscalité, de gestion administrative et de veille sociale, moyennant un taux de gestion de l’ordre de 10% en moyenne.

Le nouveau porté signe un contrat de portage salarial [glossaire contrat de portage salarial] dès lors qu’il a une mission. Son contrat de prestation destiné au client est tripartite. Il est signé par lui-même, le client et la société de portage salarial.

Dès le début de son activité, il est couvert par une assurance responsabilité civile professionnelle[glossaire assurance responsabilité civile professionnelle]et ses cotisations sociales et patronales lui ouvrent les mêmes droits que les salariés : maladie, accident, retraite, retraite complémentaire et droit au chômage.

Il ne cotise que s’il est en activité. Il n’y a donc pas à craindre de taxes fiscales en fonction de l’année n-1 ou n-2 du chiffre d’affaires réalisé par portage salarial.

Une autonomie sauvegardée

Comme un entrepreneur classique, le consultant porté [site devenir consultant porté] reste libre de fixer ses tarifs, de garder sa clientèle et de gérer son planning comme il l’entend. Sans structure à payer et sans salariés, le futur porté peut dégager une marge plus importante. Chez MISSIONS-CADRES, sa propriété intellectuelle lui appartient.

Travailler à plusieurs en portage salarial

Sylviane C.[site témoignages], conseil en communication en portage salarial chez MISSIONS-CADRES a vécu un licenciement économique, il y a plusieurs années : « A l’époque, l’agence de communication pour laquelle je travaillais a fait faillite. Dans l’équipe, un webmaster, moi-même et l’ancienne gérante avons décidé de rebondir par portage salarial. Nous nous sommes tous inscrits chez MISSIONS-CADRES. Nous avons pu continuer à travailler comme avant car nos clients et prospects le souhaitaient. Grâce aux possibilités de sous-traitance interne offertes par le portage salarial, nous avons perduré en tant qu’ « agence virtuelle ». Via le service de gestion des appels d’offres[glossaire appel d’offres] MISSIONS-CADRES, nous avons répondu à deux à une consultation pour la rédaction conception globale d’un bulletin municipal. Nous avons gagné l’appel d’offres et avons travaillé sur le dossier pendant 4 ans. Aujourd’hui, je continue mon activité par portage, 8 ans après mon licenciement ! »

Ils ont changé de statut pour sortir du tout administratif et fiscal

MISSIONS-CADRES héberge 5% d’anciens entrepreneurs qui ont eu des difficultés avec leur entreprise ou qui ont tout simplement décidé de se centrer sur leur cœur de métier en évitant le temps consacré à l’administration et à la fiscalité. Ils ont pu accroître leur rentabilité pour vivre confortablement du portage salarial sans plus avoir à se soucier des traites d’un local professionnel ou de la gestion complexe du fonctionnement de l’entreprise.

Si vous êtes dans cette situation, contactez-nous au 04 50 36 70 97 pour un entretien individuel et entièrement gratuit.

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/c-est-mon-boulot/entreprises-en-2018-50-000-entrepreneurs-se-sont-retrouves-sans-emploi-ni-chomage_3157521.html

Articles Similaires

Le mot du PDG de MISSIONS CADRES, Christian PERSON

  C'est en octobre 2019, que le médiatique PDG et fondateur de UMALIS GROUP, première société de portage salarial à être cotée en Bourse, a acheté la société MISSIONS CADRES      ...

Le portage salarial, idéal pour les professions libérales

Le portage salarial, idéal pour les professions libérales

Plus d'un million d'actifs exercent en profession libérale en France. Avant de se lancer, quel statut choisir ? Entreprise individuelle, EURL, SARL ou portage salarial ? Le point sur les avantages du portage en matière de fiscalité et de droits sociaux.  ...

Le e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ?

Le e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ?

Le e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ? La dernière étude du Cegos confirme un léger recul des formations en présentiel face au e-learning. La tendance va-t-elle s’accélérer dans les prochaines années ? Les formateurs indépendants ou portés...