Contexte

Portage salarial ou autoentreprise ? Avec les nouvelles dispositions pour les autoentrepreneurs, mieux vaut prendre les devants en comparant les deux statuts avant de créer son activité.

Portage salarial et auto-entrepreneur : le comparatif des statuts

Le portage salarial est à mi-chemin entre une activité indépendante et une activité salariée. Il fait intervenir 3 parties :

  • le salarié porté qui recherche lui-même ses clients ;
  • l’entreprise de portage salarial qui salarie le travailleur et qui s’occupe de toute la partie administrative ;
  • les clients qui sont facturés par l’entreprise de portage salarial et pour qui le salarié porté effectue des prestations.

Pour résumer, le portage salarial permet à un travailleur d’exercer son activité de façon autonome, tout en bénéficiant des avantages liés au statut de salarié.

De son côté, l’auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur) est un entrepreneur individuel bénéficiant d’un régime social et fiscal simplifié (sur option).

Le statut de micro entrepreneur permet d’exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale indépendante, à titre principal ou complémentaire, dans le respect de certains seuils de chiffre d’affaires.

Portage salarial vs auto-entrepreneur : les avantages

  • Les avantages du statut de salarié

D’abord, le consultant en portage salarial bénéficie du statut de salarié. Ainsi, nul besoin de créer de statut juridique pour pouvoir exercer son activité. Il peut commencer à travailler dès l’obtention d’une première mission et la signature d’un contrat de portage salarial avec la société de portage.

Pour les consultants qui travaillent à leur compte, disposer d’une protection sociale complète est un défi souvent difficile à relever. Voilà pourquoi la plupart optent pour le portage salarial, un statut qui leur permet de jouir d’une protection sociale optimale qu’aucun autre régime d’activité ne procure.

  • Une gestion simplifiée

La gestion d’une entreprise demande la tenue d’une facturation et d’une comptabilité à jour, le versement de charges sociales et fiscales, et toutes les obligations administratives. Outre les différents services que peut proposer une société de portage salarial, le plus plébiscité d’entre eux est peut-être l’entière gestion de la partie administrative, comptable, juridique et fiscale par l’entreprise de portage, pratique pour optimiser son temps. 

  • Pas de limitation de salaire

Le régime auto-entrepreneur possède une spécificité importante : le chiffre d’affaires annuel est plafonné. En 2022, il est limité à 72 600 euros pour les prestations de service et les professions libérales. Cette limite n’existe pas en portage salarial.

  • Une déduction des frais professionnels

En portage salarial, le consultant peut déduire ses frais de mission (facturés aux clients) et ses frais de fonctionnement (payés de sa poche). Ces frais échappent ainsi aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu, particulièrement intéressant en début d’activité où les frais de prospection sont relativement importants.

  • Un accompagnement personnalisé

Pour finir, à contrario de l’auto-entrepreneur qui est seul face à lui-même, le salarié porté est accompagné par la société de portage salarial, qui lui apporte un certain nombre de services personnalisé.

Auto-entrepreneur vs portage salarial : les avantages

  • Une indépendance totale

Tout d’abord, bien que le salarié porté bénéficie d’une grande autonomie, il a tout de même des comptes à rendre à son employeur, la société de portage. L’auto-entrepreneur est pour sa part totalement libre, puisque sans employeur, il profite d’une indépendance maximale et, à l’inverse du salarié porté, il peut exercer une plus large variété d’activités.

  • Une rémunération plus conséquente

L’autre avantage : l’auto-entrepreneur ne doit pas s’acquitter des frais de gestion, contrairement au salarié porté.

En contrepartie, il en va de sa personne d’assurer la gestion administrative et financière de son activité ou la déléguer à un expert-comptable. De même, l’auto-entrepreneur doit s’acquitter de charges sociales réduites (entre 13 et 23% de son chiffre d’affaires). S’il ne réalise pas de chiffre d’affaires, il n’a d’ailleurs absolument aucune cotisation à verser.

La couverture sociale est cependant légère, pas de prévoyance, ni de mutuelle, ni d’assurance chômage et des cotisations plus faibles aux régimes de retraite.

  • Une exonération de la TVA

Grâce à son statut, l’auto-entrepreneur n’est pas soumis à la TVA, un réel avantage dans certains cas, notamment si le consultant facture majoritairement des particuliers.

De son côté, la société de portage est soumise à la TVA et les revenus nets du salarié en sont aussi imputées. 

Portage salarial et auto-entrepreneur : quel statut choisir ?

Se lancer en portage salarial ou en auto-entrepreneur relève d’aspirations professionnelles et de concessions que le freelance est prêt à consentir.

S’il se sent en apte à s’occuper de son activité de A à Z sans encadrement, le statut auto-entrepreneur est certainement le plus adapté des deux.

En revanche, s’il s’agit de se concentrer exclusivement sur le développement d’une activité indépendante, tout en profitant d’un cadre sécurisant ; le portage salarial constitue le cadre de travail idéal.  

Si vous êtes auto-entrepreneur dans les professions intellectuelles et que vous voulez en savoir plus sur le portage salarial, contactez-nous au 01 79 72 70 90.