Fusion AGIRC-ARRCO : quels impacts sur la retraite complémentaire ?

Mai 5, 2022

La fusion de l’AGIRC et de l’ARRCO depuis le 1er janvier 2019 entraîne plusieurs changements pour les salariés portés : le point sur les cotisations, le calcul des points et le droit à la retraite complémentaire avec MISSIONS-CADRES.

Introduction

Jusqu’à présent, les salariés portés cotisaient comme tous les actifs du privé pour leur retraite complémentaire auprès de l’ARRCO s’ils étaient non cadres et de l’AGIRC s’ils avaient le statut cadre. Le 1er janvier 2019, les deux régimes ont fusionné en une seule entité, AGIRC-ARRCO. Quels sont les impacts sur le calcul des points de retraite complémentaire, les taux de cotisation et le droit au départ à la retraite pour les professionnels en portage salarial ?

Par Rachel Paluszak, Directrice de MISSIONS-CADRES

  1. Comment sont calculés les points de retraite complémentaire des portés ?

La fusion n’entraîne pas une remise en cause du système de cotisation par point. Les 80% de salariés portés non cadres qui cotisaient uniquement à l’ARRCO voient automatiquement leurs points convertis en points AGIRC-ARRCO. Pour les portés [site définition du portage salarial] qui ont un statut cadre, leurs points AGIRC sont convertis selon une formule de calcul qui doit garantir l’équivalence des droits. La formule qui s’applique est la suivante :

Nombre de points Agirc X 0,347791548 = Nombre de points Agirc-Arrco

Le montant de la retraite complémentaire est calculé selon la valeur du point Agirc-Arrco fixé chaque année (1.2588 au 1er novembre 2018).

  1. Le calcul des cotisations évolue-t-il pour les portés ?

L’AGIRC-ARRCO [https://www.agirc-arrco.fr/] met en place un nouveau mode de calcul des cotisations. La quote-part salarié – employeur est la suivante : 40% pour les cotisations salariales, 60% pour les cotisations patronales. Le taux d’appel augment de 125 à 127%.

Le mode de calcul s’appuie désormais sur deux tranches de salaire avec un taux de cotisation différent :

La première tranche de rémunération comprise entre 1 € et le plafond de la Sécurité Sociale entraîne des cotisations d’un montant de 7,87% (taux de calcul des points X pourcentage d’appel). A titre indicatif, le plafond mensuel de la Sécurité Sociale pour l’année 2019 est fixé à 3377 €.

La seconde tranche de rémunération comprise entre le montant du plafond de la sécurité sociale et 8 fois sa valeur se traduit par une cotisation de 21,59%.

D’autres cotisations comme l’APEC pour les cadres en portage salarial [site les avantages du portage salarial] évoluent également.

  1. Réfléchir à deux fois avant de quitter son activité en portage salarial pour partir en retraite !

La principale nouveauté de la fusion entre les deux régimes est la mise en place d’un dispositif de bonus-malus pour les candidats au départ à la retraite.

Concrètement sont concernés tous les portés nés à partir du 1er janvier 1957 qui remplissent les conditions pour avoir une retraite de base à taux plein après le 1er janvier 2019. Si vous voulez arrêter votre activité, alors le nouveau régime AGIRC-ARRCO calculera une décote de 10% sur le montant de votre retraite complémentaire pendant 3 ans…

Si vous poursuivez votre activité pendant 1 an, la décote n’est pas appliquée. Et si vous décidez de travailler plus longtemps, vous bénéficiez d’une surcote de + 10% sur votre retraite complémentaire pendant un an si vous exercez deux ans de plus, de + 20% pour trois ans de plus et de + 30% pour quatre ans de plus.

  1. Le portage salarial idéal pour cumuler ses points de retraite complémentaire

Créé initialement dans les années 80 pour les cadres séniors en perte d’activité, le portage salarial [site à qui s’adresse le portage salarial] s’est largement démocratisé en près de 40 ans ! Le statut permet à tout actif ayant une expertise dans un métier dit intellectuel de travailler en toute autonomie en réalisant des missions pour les clients qu’il trouve, tout en ayant accès aux mêmes droits sociaux que le salarié.

Pour certains actifs, continuer à travailler plusieurs années dans la même entreprise pour éviter le malus appliqué à la retraite complémentaire n’est pas forcément idéal. Le changement n’a pas d’âge. Pourquoi ne pas choisir de continuer son activité par portage salarial et ainsi gagner en liberté tout en continuant à cotiser ?

Les consultants séniors en portage salarial [site devenir consultant en portage salarial] sont très recherchés par des sociétés qui souhaitent accéder aux compétences et à l’expérience de prestataires intellectuels reconnus et fiables. Finir sa carrière en devenant consultant ou formateur en portage salarial [site devenir formateur en portage salarial] est une solution idéale pour maintenir une activité tout en ayant la liberté de gérer son temps et de choisir ses projets !

Pour en savoir plus, contactez MISSIONS-CADRES au 04 50 35 70 97 (appel non surtaxé) pour un conseil gratuit et personnalisé sur votre projet en portage salarial.

Source

https://www.agirc-arrco.fr/ce-qui-change-au-1er-janvier-2019/vous-etes-en-activite/

Articles Similaires

Le mot du PDG de MISSIONS CADRES, Christian PERSON

  C'est en octobre 2019, que le médiatique PDG et fondateur de UMALIS GROUP, première société de portage salarial à être cotée en Bourse, a acheté la société MISSIONS CADRES      ...

Le portage salarial, idéal pour les professions libérales

Le portage salarial, idéal pour les professions libérales

Plus d'un million d'actifs exercent en profession libérale en France. Avant de se lancer, quel statut choisir ? Entreprise individuelle, EURL, SARL ou portage salarial ? Le point sur les avantages du portage en matière de fiscalité et de droits sociaux.  ...

Le e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ?

Le e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ?

Le e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ? La dernière étude du Cegos confirme un léger recul des formations en présentiel face au e-learning. La tendance va-t-elle s’accélérer dans les prochaines années ? Les formateurs indépendants ou portés...