Le e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ?

16 novembre 2020 | Actus

e e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ? DESCRIPTION :La dernière étude du Cegos confirme un léger recul des…
$

Lire la suite

e e-learning, concurrence ou opportunité pour les formateurs ?

DESCRIPTION :
La dernière étude du Cegos confirme un léger recul des formations en présentiel face au e-learning. La tendance va-t-elle s’accélérer dans les prochaines années ? Les formateurs indépendants ou portés sont-ils en danger ou au contraire peuvent-ils faire évoluer leur métier ?

INTRODUCTION

Selon la dernière infographie d’Educalis, le marché français du e-learning représentait 200 millions d’euros en 2013. La tendance est à la hausse et pourrait être décuplée dans les prochaines années. Dans un contexte réglementaire en pleine mutation, les intervenants en formation présentielle ont-ils du souci à se faire pour l’avenir de leur métier ?
Non à en juger les professionnels du secteur, à condition de faire évoluer leurs pratiques et d’intégrer dans leurs méthodes l’outil e-learning.
Inventée au début du 19ème siècle pour rendre accessible le savoir aux personnes qui en étaient les plus éloignées, la formation à distance connaît un essor mondial sans précédent depuis l’arrivée d’Internet. Toujours selon Educalis, 33% des salariés en formation en 2013 ont suivi une formation en ligne.
Pourtant les 83% des DRH de 21 grandes entreprises du CAC 40 interrogés dans le cadre de l’enquête « Opérer la formation au meilleur coût » admettent utiliser prioritairement la formation présentielle.

Le e-learning : des avantages et des inconvénients aussi !
Gagner du temps, être autonome dans ses apprentissages, éviter les transports et minimiser les coûts de formation : cette liste non exhaustive d’avantages ne doit pas obérer certains inconvénients comme l’isolement et le risque d’un manque de motivation face à l’ordinateur.
Pour les entreprises, le e-learning reste un outil adapté à des apprentissages particuliers comme la bureautique ou les langues. Or, la majorité des sociétés recherche le plus souvent des formations personnalisées pour répondre aux enjeux d’évolution de leur propre structure, que ce soit en management, en développement commercial ou en nouvelles procédures techniques à mettre en œuvre.
Du présentiel mixé avec du distanciel ?
Les professionnels du e-learning s’accordent à dire que le succès d’une formation à distance dépend d’un suivi, d’un tutorat direct, pour évaluer et motiver l’apprenant.
La formation présentielle, quand à elle, reste la forme d’apprentissage classique avec des atouts incontournables dans bien des domaines : un partage d’expériences en groupe, une formation en situation réelle, un suivi personnalisé et adapté aux stagiaires en fonction de leurs difficultés, de leur personnalité, une évaluation plus fine des acquisitions.
Pour Michel Diaz, directeur associé de Féfaur (www.fefaur.com), premier cabinet d’études et de conseil e-learning indépendant sur le marché français, les deux sont complémentaires. Dans une E-learning letter, il considère que « la formule mixte – le blended learning – est une réponse valable, quand elle allie le présentiel en salle, et l’autoformation distancielle. Le formateur y gagne un groupe d’apprenants plus homogène, grâce à la mise à niveau des pré requis par leur suivi de modules e-learning ; il se consacre à ce qui fait le sel du métier – la transmission des compétences et attitudes à travers des études de cas, jeux de rôle, etc. ».
Michel Diaz va plus loin dans sa réflexion en avançant l’hypothèse que le métier de formateur se prépare à vivre une transformation sans précédents : « Ils exerceront davantage en entreprise qu’en organisme de formation et deviendront de véritables E-Formateurs ou coachs techniques. »

D’après lui, les formateurs accompagneront prioritairement les individus en situation d’apprentissage. Les fonctions de transmission du savoir seront de plus en plus digitalisées.

Formateur 2.0 ? Comment préparer son projet e-learning ?
Le cœur de métier du formateur est sa capacité à transmettre les savoirs en accompagnant au plus près de leurs besoins et de leurs capacités, les apprenants. Comment dès lors transposer ses connaissances, son expérience, sa pédagogie sous forme numérique en gardant tout l’intérêt de l’interactivité ?

Le formateur indépendant porté intervient souvent pour les besoins personnalisés d’une entreprise. Dès lors, les bibliothèques de modules de formation en ligne, trop souvent standardisées ne répondent pas forcément aux besoins.

Se doter de ses propres outils e-learning demande un accompagnement à la fois technique et créatif : analyser les besoins de l’entreprise, mettre en place une plate-forme, définir le contenu pédagogique, acheter les modules ou les créer, les scénariser… autant de phases qui prennent du temps et qui demandent des partenariats : éditeur de contenus, graphistes…

Un guide méthodologique édité par la FAO sur le sujet !
La Food and Agriculture Organization des Nations Unies a édité un guide méthodologique pour concevoir et élaborer des cours d’apprentissage numérique. Téléchargeable sur internet, cet ouvrage s’adresse aux formateurs et concepteurs pédagogiques sans expérience dans le domaine du e-learning.

Vous pourrez par exemple découvrir pourquoi développer des cours de e-learning, les composantes d’un cours numérique, les ressources pour les élaborer, comment les concevoir, comment créer des contenus interactifs !

A télécharger sur www.fao.org Guide e-learning

www.fao.org/docrep/015/i2516f/i2516f.pdf